↑ Retour à Logement contre services

Modalités

Comme pour l’achat d’une voiture, d’un logement ou d’un objet important, il faut bien préciser ses besoins et chercher la meilleure offre.

En ce qui concerne une location, un service ou un emploi, il peut être utile d’avoir un « intermédiaire » sérieux. Et pour un logement chez un(e) senior, c’est d’autant plus important !

VOCABULAIRE : la personne qui reçoit est l’hébergeur/se (si elle est locataire, c’est autorisé car ce n’est pas une sous-location). La personne qui est logée est l’hébergé(e). Une fois l’accord trouvé et la mise en place, c’est un DUO. Il en existe plus de 6000 en France et 95% des personnes qui ont pratiqué en sont contentes !

Les plus de 60 associations (1) en France, qui, depuis des années, fournissent ce service vraiment d’UTILITE PUBLIQUE, ont le même processus avec quelques variantes :

PROCEDURES SIMPLES de bon sens : comme pour une agence d’intérim ou une agence immobilière ou encore une agence matrimoniale, le succès dépend de deux aspects :

 

  • L’un matériel (le hard) c’est à dire un questionnaire rempli de part et d’autre.
  • L’autre (le soft) est une personne avec du bon sens, de l’écoute et un minimum d’ouverture et d’organisation pour voir qui peut aller avec qui …

Pour le LOGEMENT, il faut impérativement le visiter, pour s’assurer qu’il est, non seulement salubre, mais convenable : plus de 9m2, si possible avec une porte fermant à clé et un équipement minimum : un lit, une table, un placard, une chaise et deux lampes. La WIFI est indispensable. Si l’hébergeur ne l’a pas, il/elle peut le demander et tous les jeunes peuvent aider le/la senior à se familiariserUne tablette comme ARDOIZ peut-être un bon début.

Pour l’HEBERGE,  un(e) des bénévoles de l’association se déplace en ville, dans un lieu public, et rencontre le/la futur hébergé(e) qui remplit un questionnaire. On vérifie que toutes les questions ont une réponse et on essaie d’en savoir le maximum, tout en respectant les convictions et la vie privée. Un extrait de casier de judiciaire (non indispensable) est un plus, par contre l’assurance RC (responsabilité civile) est obligatoire. Une fois les questionnaires remplis, en équipe, nous voyons qui peut aller avec qui et nous accompagnons les deux personnes pour un premier rendez-vous. Une période d’essai est possible. Un protocole d’accord signé par les 3 parties est indispensable.

POURQUOI un tiers de confiance ? Pour éviter le « huis clos » et que l’hébergeur en demande trop ou que l’hébergé n’en fasse pas assez. C’est un rôle bienveillant « d’ange gardien ». Un coup de fil par semaine dans les premiers temps et quelques visites les premiers mois complètent le dispositif très souple (et de bon sens).

Notes :

(1) il existe 2 réseaux, l’un tout récent est la synergie entre deux réseaux COSI et LIS = COHABILIS

cohabilis

Mise à jour de septembre 2020